Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°1 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°2 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°3 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°4 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°5 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°6 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°7 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°8 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°9 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°10 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°11 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°12 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] photo n°13 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ]


Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ]
- Auteur: FEUILLET, Octave ; FEUILLET Valérie
- Année d'édition: 1885

1200.00 €
Langues :
Types de reliure :

Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ]

Onze compositions par S. Rejchan gravées à l'eau-forte par Mme. Louveau-Rouveyre, MM. Daumont et Duvivier, 1 vol. in-8 reliure de l'époque demi-maroquin à coins rouge, dos lisse orné en long, couverture conservée, tête dorée, collection Calmann-Lévy, A. Quantin, Imprimeur-Editeur, Paris, 1885, 311 pp. avec 4 L.A.S. sous 3 enveloppes

Commentaire : Jolie édition très bien reliée du chef-d'oeuvre d'Octave Feuillet, enrichie de 4 très intéressantes lettres autographes signées, dont 3 d'Octave Feuillet (8 pages au total) et une de son épouse Valérie Feuillet (8 pages), toutes adressées à M. Charles Sagnier, 41 rue de l'Observatoire à Paris. La première lettre de 3 pp., datée de Dijon'Hôtel de la Cloche', le 5 juillet 1886 évoque longuement la 'vieille passion' d'Octave Feuillet pour Dijon : 'Arrivé à Dijon par un ciel enchanté, dont j'avais complètement perdu l'habitude, je me suis cru en paradis, et j'y prolonge mon séjour au-delà de mes intentions premières. D'abord j'ai une vieille passion pour Dijon, et je vous dirai qu'il la mérite de plus en plus. A part ses vieux souvenirs historiques et ses vieilles maisons pittoresques, il a maintenant un quartier neuf, dont l'hôtel de la Cloche est un des plus beaux ornements et qui rappelle, avec son jardin public, les quais de Genève. [... ] J'avais du reste une autre raison que mon goût personnel pour m'arrêter quelques joursà Dijon. [... ] le spleen de Vittel pour ne pas parler d'un gros ennui que j'y ai eu à la veille de mon départ m'avaient beaucoup fatigué ! [ ... ] Il m'eût été difficile, partant par telle chaleur, de continuer dès le lendemain ma route sur Paris. [ ... ] Mais ma maison solitaire de Versailles m'attire peu, et Dijon, en tant que séjour, me plaît hélas ! infiniment davantage. Mon seul regret et de perdre la chance de nous revoir avant votre départ'. Octave Feuillet tente de dissuader son correspondant de partir pour Nîmes et l'invite à venir à Dijon. Puis il évoque sa femme 'qui n'est pas mécontente de son séjour. La présence concurrente de sa belle-soeur ne l'a nullement incommodée comme elle le craignait. Elle ne l'a même pas aperçu une seule fois'. Un second billet autographe signé d'Octave Feuillet daté du 27 janvier 1887 donne rendez-vous à Charles Sagnier Hôtel de Rivoli. Enfin, une lettre non datée (évoquée dans la lettres suivante de Mme Feuillet et que l'on peut dater d'août 1887) de 4 pp., sur papier à en-tête du 38 Avenue de St Cloud, Versailles, commence ainsi : 'J'ai donné à Sagnier la peine de copier la lettre que je lui avais écrite de Contrexéville pour qu'il pût juger lui même à tête reposée combien cette lettre pleine de confiance et d'abandon amical justifiait peu la réponse amère et boudeuse qu'il y a faite. En cette circonstance, il a obéi, avant tout, j'en suis sûr, à sa sollicitude pour nos intérêts sur lesquels j'ai été souvent très heureux de prendre ses bons conseils, mais il aurait peut-être dû se souvenir que l'intérêt matériel n'est pas la seule règle des actions d'un homme. Il aurait dû voir que dans ma lettre je lui faisais la confidence affectueuse d'une résolution arrêtée sur laquelle je n'avais à demander de conseils à personne puisque cette résolution m'était impérieusement dictée, comme je le lui disais, par les sentiments d'un homme de coeur et d'un homme d'honneur. Dès ce moment, il ne me devait, comme ami, ni conseils, ni reproches ! Il ne me devait que de l'approbation et du soutien. En supposant, ce qui n'est pas, que notre départ de Versailles fût pour moi personnellement un sacrifice douloureux, était-ce le fait d'un ami de me le rendre plus pénible, en insistant sur les amertumes qu'il pouvait m'offrir ? En supposant encore que ma femme eût à mon insu et en secret cherché des appartements à Paris (au lieu d'en chercher comme elle l'a fait en réalité d'accord avec moi) était ce le rôle d'un ami de me révéler en détail, au risque de m'irriter contre ma femme et de mettre un élément de trouble dans mon ménage ? Je n'insiste par sur le ton et les expressions de cette réponse qui devaient justement froisser un homme de mon âge de la part d'un jeune ami à qui je venais d'écrire avec tant de courtoisie, de confiance et d'expansion. Je ne veux plus toucher qu'un seul point. Sagnier m'avait vu au commencement de l'hiver aussi opposé que personne à l'idée de quitter Versailles. Rien n'était plus naturel que ce premier mouvement de résistance et de révolte pour un projet si soudain, qui engageait gravement mes intérêts. Mais rien de plus naturel non plus que le revirement qui s'est opéré dans mes idées à ce sujet, quand j'ai vu les souffrances de ma femme se prolonger et s'aggraver. C'est alors que la pensée de l'emprisonner dans cette maison funeste, contre l'avis des médecins les plus autorisés, serait devenue criminelle. Sagnier a cru sentir à ce moment quelque refroidissement dans mon amitié. [ ... ] Mais je le répète, nous avons été gravement froissé par sa lettre [ malgré cela, en raison de leur longue amitié, il ne souhaite pas rompre ]. La dernière lettre, de la main de l'épouse d'Octave Feuillet, datée de Versailles, le 17 août (1887) est également adressée à Charles Sagnier. Elle y évoque ses souffrances, et sa tristesse d'avoir vu son correspondant les dédaigner trop longtemps. La cure à Vichy ne le lui fait aucun bien,'j'ai beaucoup maigri et je n'ose plus me regarder dans la glace. La présence de mes enfants m'empêche de trop songer à ce qui pourrait advenir d'un tel changement, mais quand je ne les ai plus autour de moi, j'y songe. Mon mari vous aurait écrit s'il n'était pas repris depuis 4 jours de ses affreuses névralgies de la face. Dieu lui épargne le retour complet des tortures qu'il a subies il y a quelques années. Il me charge de vous remettre les lignes suivantes, que vous pourrez à peine déchiffrezr car elles ont été écrites au milieu de grandes souffrances. Vous voyez que le bonheur ne nous hante pas plus qu'à l'ordinaire. Mais mon mari est comme moi. Il veut aussi oublier. Lui et moi vous embrassons de tout coeur, ne voulant plus nous souvenir que des preuves de dévouement que vous nous avez donnés depuis tant d'années. Nous vous demandons, comme preuve d'amitié, de n'y pas revenir vous-même. Qu'il n'y soit plus fait aucune allusion ni par lettre, ni dans les conversations du retour, enfin ni demain ni jamais. Nous quittons Versailles dans les premiers jours d'octobre. [ Ils vont s'installer à Paris près du Parc Monceau, 6 rue Gounod : ] 'nous avons deux appartements superposés communicant par un escalier intérieur. C'est simple mais suffisant'. Bon exemplaire (qq. petits frott. et qq. rouss., très bon état par ailleurs).


Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Moïra [ Edition originale - Avec billet autographe signé de l'auteur ]
Comment commander
Paiement en ligne
Livraison & Frais de port
Conditions générales de vente
Moyens de paiement en ligne
Contact
Notice légale
Copyright@2019 - Tous droits réservés - La Librairie du Cardinal 32 rue de Bénédigues - 33170 Gradignan
Conception Lithium Network
fermer
Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°2 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°3 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°4 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°5 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°6 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°7 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°8 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°9 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°10 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°11 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ] Photo n°12 : Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ]Monsieur de Camors [ Avec 3 L.A.S. d'Octave Feuillet et 1 L.A. de Valérie Feuillet ]
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies et notre politique de confidentialité
J'ACCEPTE  X